Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/09/2008

Le don de l'Italie

« L’Italie a fait don de la Renaissance au monde. J’ose lui rendre un simple livre (…) » : la modestie d’Edouard Pommier à la fin de son passionnant Comment l’art devient l’Art,  dans l’Italie de la Renaissance (2007) ne doit pas masquer la formidable entreprise de l’auteur qui nous raconte l’aventure des « trois arts du dessin », peinture, sculpture et architecture, au pays de Michel-Ange, du XIVe au XVIe siècle. Servi par sa « passion raisonnée pour l’Italie », l’essayiste montre comment les composantes essentielles de l’art sont nées à cette époque, en Toscane et à Rome : aussi bien le mot « artiste » que l’histoire de l’art, l’entrée des génies artistiques parmi les hommes illustres que l’invention des académies, des musées, du public même.

Un objectif si vaste peut inquiéter le profane. Pommier le prend par la main et le guide vers la lumière. Au début, il y a Dante, premier à prophétiser la gloire ici-bas pour les peintres à l’instar des poètes. C’est lui l’inventeur absolu du personnage de l’artiste, de sa dignité nouvelle, de son dialogue avec les Anciens et avec la nature - à propos de Giotto. Celui-ci fait la gloire de Florence, reconnaît Boccace, et Pétrarque admire son art du portrait devenu  « l’image vivante de l’être humain ». Ces trois poètes ont l’intuition d’une étape décisive pour les arts vers 1430, le mythe de Florence est né.

3e4f7c52679aaa410354d19ff8d45cdc.jpg 
http://www.toscane-toscana.org

Si l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien a permis de connaître l’Antiquité, c’est aux Vies des plus excellents peintres, sculpteurs et architectes de Vasari que l’on doit les informations les plus précieuses sur ces personnes de basse condition, ni princes ni héros, jusque-là de simples artisans. Ils osent à présent se représenter : le peintre ou le sculpteur se glisse parmi les personnages secondaires d’un récit biblique ou historique, comme Botticelli dans L’Adoration des Mages. Ghiberti sculpte deux fois son portrait sur la porte du Baptistère de Florence. Quant au premier portrait d’artiste vraiment public, en reconnaissance envers celui qui a dessiné l’image de sa ville pour toujours avec la géniale coupole de la cathédrale florentine, il orne le tombeau de Brunelleschi. Au XVIe siècle, les galeries de portraits d’artistes, par exemple au Palais de la Seigneurie à Florence, les feront entrer définitivement dans l’Histoire.

La découverte à Rome, en creusant des fondations, du Laocoon « dont parle Pline », a changé le regard sur les œuvres antiques. Images des dieux païens, elles avaient été rejetées parce qu’issues des empereurs ennemis de l’Eglise. Mais l’heure est venue de les mettre en vue sur les places. Même le pape considère qu’il faut garder la mémoire des « choses bonnes » et accorder l’ancienne et la nouvelle Rome. Toute une génération d’artistes ressuscite l’antiquité et s’en inspire. Ainsi naissent les « chefs-d’œuvre », ces œuvres anciennes qui méritent le voyage, et bientôt aussi les nouvelles, de Michel-Ange et de Raphaël en particulier. Peintres et sculpteurs affluent à Rome et à Florence pour s’initier à leur exemple.

La figure de la femme idéale, Renommée, Victoire ou Vertu, se met à incarner les activités de l’esprit. Bramante, pour la première fois, représente l’Architecture, vers 1505, par une noble silhouette féminine tenant les instruments de son art. Sur le tombeau de Michel-Ange, la Peinture est une femme tenant une statuette à la main, peut-être pour rappeler sa primauté dans la sculpture. L’unité du « Disegno », des trois arts du dessin (peinture, sculpture et architecture), est essentielle à l’identité de Florence.

« Ils ont une grande dette de reconnaissance envers le ciel et la nature, ceux qui enfantent sans peine des œuvres dotées d’une grâce que d’autres ne peuvent obtenir ni par le travail ni par l’imitation », écrit Vasari. Pour lui, l’idéal artistique se définit par une certaine liberté dans la règle, sans pour autant la transgresser. Pommier a d’autres belles formules :  « La grâce est un don reçu et se révèle dans le don aux autres » ou encore elle est « l’art de cacher l’art ».

Le jardin de Saint Marc à Florence est-il le premier musée et la première académie des arts de l’Europe ? A cette question et à plein d’autres qui participent de cette Renaissance italienne, Comment l’art devient l’Art apporte des réponses nuancées, étayées, enrichies d'anecdotes et de commentaires, ainsi que d'une centaine d’illustrations. A qui s’intéresse aux beaux-arts, la remarquable synthèse d’Edouard Pommier offre une mine d’informations et de sujets de réflexion. Inutile de préciser qu’en lisant, on caresse le projet de partir illico pour l’Italie et de redécouvrir de visu tant de splendeurs, « belles antiques » et chefs-d’œuvre nourriciers.

Commentaires

Bravo pour votre blog et merci de faire partager vos découvertes.

Deux périodes caractérisent souvent la vie et l'oeuvre des artistes quelque soit l'art qu'ils exercent. La période avant leur voyage en Italie et après.

La Toscane a été une terre particulièrement propice à l'éclosion du génie (Vinci, Machiavel, Gallilée, ...) sans être épargnée pour autant par la violence.

Un voyage en Italie est une renaissance pour le promeneur qui sait prendre son temps, se perdre et s'attarder. Ce pays est une terre d'émotions où s'y sont mêlés pendant des siècles l'art et la religion. La fréquentation permanente de cette fusion de l'inspiration et du sacré explique peut-être pourquoi les Italiens forment une humanité particulière et attachante.

Écrit par : Annie | 25/09/2008

Répondre à ce commentaire

Lors de notre semaine passée à flâner et à visiter Florence et ses environs,il y a des années de cela, j'avais découvert ce qu'était le "syndrome de Stendhal". Pas de défaillances physico-émotives de notre part, si ce n'est en faisant des queues interminables pour visiter certains lieux, mais il est certain que la vue de tant de Beauté émeut.
La Toscane est devenue Le lieux à la mode,cher et très fréquenté...
Ce livre semble être un superbe cadeau à offrir, à se faire offrir...pour la Noël?
Un beso.

Écrit par : colo | 27/09/2008

Répondre à ce commentaire

Quelle émotion profonde et lointaine j'ai ressentie en lisant attentivement ton texte sur "le don de l'Italie". Réminiscence d'un adolescent inculte de 17 ans en 1946, qui découvre avec un ami "le paradis" de la culture que sont Rome et Florence ... les oeuvres étaient bouleversées, brutes, livrées à elles-même... par l'incurie des Fascistes et la rage des combats de libération de l’Italie et pourtant nous étions "à genoux" devant elles qui rayonnaient dans leur misère …dans la pauvreté de leur éclairage… dans la poussière de leur abandon … C’est au fond de l’âme que je porte gravés : le baptistère, la « porte du paradis » qui avait perdu son or, mais n’en avait pas besoin … le « divin » Michel-Ange … Botticelli et sa Vénus, mon amour d’adolescent… Bramante et son prestigieux dôme qui rendait encore plus imposant Pie XII sous le baldaquin du Bernin … qui canonisait le premier saint suisse « Nicolas de Flue » … (nous y représentions les « Lone-scouts de Belgique).

Écrit par : Doulidelle | 28/09/2008

Répondre à ce commentaire

Tout est art dans cette ville qui est un chef-d'oeuvre d'équilibre et de beauté. Je l'ai visitée, il y a longtemps déjà, au coeur de septembre, alors que les lumières commencent à se tamiser, où la douceur de l'air n'est plus oppressante mais comme légère et aimable. C'est un souvenir très preignant. J'aime à me remémorer la richesse des musées, mais également le charme des places, l'ombre des rues, l'atmosphère qui est celle de la civilisation dans ce qu'elle a de plus noble, de plus aboutie et de plus bouleversant. Merci de ce bel article.

Écrit par : Armelle B. | 23/04/2009

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire