Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

07/07/2008

Marchand de tableaux

Le Portrait d’Ambroise Vollard par Renoir (1908) orne la couverture des Souvenirs d’un marchand de tableaux (1937), une somme d’anecdotes qui permet de revivre une époque où l’art était plus qu’aujourd’hui à la portée des amateurs. Si Cézanne et Renoir sont les peintres qu’il a le mieux connus, il en passe beaucoup d’autres dans ces mémoires, que termine un volumineux index.

Vollard commence par son enfance à l’Ile de la Réunion. Surpris de voir sa tante s’inspirer de fleurs artificielles pour ses aquarelles, alors que celles du jardin sont bien plus belles, il s’en souviendra en apprenant que « les plus somptueux bouquets de Cézanne avaient été peints d’après des fleurs en papier. » Collectionneur précoce, il ramasse des galets, puis des fragments de porcelaine bleue, amoureux déjà des couleurs et de la lumière : « C’est, au coucher du soleil, un brouillard bleu tombant des hauteurs, ouate impalpable qui, en quelques instants, répand l’ombre, une ombre comme faite de ces gris argentés qui enchantent dans les toiles de Whistler. »

3277b7b9cdc9d6494179ea0adfeded17.jpg
 

Etudiant en droit, Vollard préfère à l’étude les flâneries sur les quais, à observer dessins et gravures dans les vitrines parisiennes. Premiers achats. « 1890 ! Quelle époque bénie pour les collectionneurs ! Partout des chefs-d’œuvre et autant dire pour rien. » Attentif aux prix, il les voit grimper en passant d’une main à l’autre et comprend très vite comment faire pour enrichir ses collections et commercer, tandis que le sympathique Père Tanguy, marchand de couleurs, fait crédit aux jeunes peintres.

Dans la galerie où il s’initie au métier de marchand de tableaux, Vollard constate la défiance du patron envers les peintures nouvelles qu’il lui conseille d’acquérir et se décide à le quitter. « Ecoutez, mon cher Vollard, nous nous quittons bons amis, n’est-ce pas ? Quand vous parlerez d’impressionnisme, je compte sur votre loyauté pour dire que je déteste ça. – Non seulement je prends l’engagement de le dire, mais, si l’occasion se présente, je l’écrirai. Je tiens ma parole. »

A Montmartre en ces années-là, Vollard fréquente Bonnard, Lautrec, Degas et Renoir si dissemblables. En affaires, il apprend vite ce qu’il convient de dire ou de taire, comment faire monter les prix pour susciter l’intérêt de l’acheteur, comment recueillir l’information qui permet de s’emparer le premier d’œuvres possédées par des gens qui n’ont aucune idée de leur valeur. Ce qui rend ses souvenirs très vivants, ce sont toutes les conversations que le marchand rapporte : bêtises des uns, astuces des autres, propos d’artistes surtout. Renoir : « Avec toutes leurs sacrées histoires de peinture nouvelle, j’aurai mis quarante ans à découvrir que la reine des couleurs, c’est le noir ! » Manet : « Un peintre peut tout dire avec des fruits ou des fleurs, ou des nuages seulement. » - « Je voudrais être comme le saint François de la nature morte ! »

Vollard rend un bel hommage à Mary Cassatt, la plus discrète des impressionnistes, qui se dépensait sans compter pour le succès de ses camarades sans se soucier de sa propre peinture. Il nous décrit le convoi funèbre de cette artiste généreuse, suivi par le village entier de Mesnil-Beaufrêne, dans l’Oise, en 1926. On jeta des œillets et des roses sur sa tombe – qu’en aurait pensé Degas qui se montrait intransigeant à propos des fleurs qu’il ne supportait qu’au jardin, capable de quitter une table où on l’avait invité s’il s’y trouvait un bouquet ? Odilon Redon, au contraire, avait toujours des fleurs dans son atelier, malgré le dénuement. Il raconte à Vollard une visite chez un ami peintre à la Ruche : « Sur une table, il y avait des tulipes et un livre dont la reliure fatiguée témoignait qu’on le lisait souvent. Je me suis dit : « Voilà qui sonne bien ! » »

Posant pour Cézanne, le collectionneur-marchand s’endort et s’écroule de la plate-forme préparée par le peintre : « Malheureux ! Vous avez dérangé la pose ! On doit poser comme une pomme. Est-ce que ça remue, une pomme ? » Dans l’atelier de Rodin, à qui Vollard apporte une statuette de Maillol, Bourdelle est là, poussant de réguliers « Rodein ! Le grand Rodein ! » Voyant Rodin donner forme à une boule de glaise, quelqu’un lui demande : « Illustre ami, où puisez-vous toute cette vie qui palpite dans les moindres fragments de votre œuvre ? – Dans la vie elle-même… Je fais de la vie avec la vie ! »

Commentaires

Connais-tu le livre de Maurice Rheims intitulé "La vie étrange des objets"? Ce commissaire-priseur qui avait connu tant de monde, cet homme élégant et curieux de tout, plaisait beaucoup à ma mère qui m'avait passé plusieurs de ses livres.
Merci pour cette chronique, ces anecdotes. Je t'envoie quelques fleurs de bougainvillier mauve, le massif est superbe.

Écrit par : colo | 10/07/2008

Je lis des romans durant l'été, mais j'écris peu même si je suis toujours aussi sensible aux tableaux qui restent ma source d'inspiration.
Quant aux fleurs, des hortensias bleus et roses ornent les fenêtres de mon bureau et de ma chambre.

Écrit par : Bernadette | 10/07/2008

Passionnantes ces quelques touches que tu as réalisées pour évoquer ce bouquin. J’ai été intéressé par cette étude d’un livre sur Vollard, dont je me souviens de l’éclectisme signalé par de nombreux auteurs au temps où je consacrais une bonne partie de mes loisirs à ma passion pour l’art en général et pour la peinture en particulier. Étonné d’apprendre que Cézanne avaient peint ses plus somptueux bouquets d’après des fleurs en papier et que Degas ne supportait pas que les fleurs soient ailleurs qu’au jardin ! J’ai bien aimé que Manet soit aussi le Saint François de la nature morte qui dit tout avec des fruits, des fleurs et des nuages. Quant à la réponse de Rodin à son interlocuteur, les mains dans la glaise, elle me fait penser à mon oncle, le sculpteur Raf, qui pétrit le corps nu d’une "sainte" Vierge qu’il va modeler pour lui donner, avant de l’habiller, la pose que les voiles de sa robe vont « éthérer ».

Écrit par : doulidelle | 18/07/2008

es ce que renoir est mort

Écrit par : filou | 16/09/2009

Les commentaires sont fermés.